L’Afrique doit mettre les jeunes au centre de ses politiques de développement (responsable de l’UA)

Avec environ 35% des jeunes en Afrique vivant sans accès au travail décent, les gouvernements doivent s’assurer que les jeunes soient mieux organisés pour être plus productifs et contribuer au développement national, a déclaré mercredi une responsable de l’Union africaine (UA) à Kigali, capitale du Rwanda.
 
Les gouvernements à travers le continent doivent réviser leurs programmes d’éducation et de formation afin de s’assurer que les jeunes apprennent des compétences pertinentes pour obtenir des emplois, a affirmé Minata Samate Cessouma, commissaire aux affaires politiques à la Commission de l’UA lors des célébrations de la Journée pour la fonction publique en Afrique.
 
Les célébrations ont attiré plus de 500 participants.
 
S’exprimant à l’ouverture de la conférence, le Premier ministre rwandais, Anastase Murekezi, a parlé de la nécessité d’habiliter les jeunes afin de promouvoir le développement socio-économique. Pour aider les jeunes africains à accroître leurs capacités productives, les gouvernements doivent fournir des formations qui correspondent aux opportunités du marché du travail et s’engager à offrir des services publics avec intégrité, excellence et professionnalisme, a-t-il préconisé.
 
La journée est célébrée le 23 juin au niveau national par les États membres de l’UA dans le but d’apprécier le travail accompli par les services publics. Cette journée est également marquée tous les deux ans au niveau continental et est accueillie par l’un des pays membres de l’UA. L’événement de cette année a été organisé sous le thème « Renforcer une culture de prestation de services axée sur les citoyens : partenariat avec les jeunes pour la transformation de l’Afrique ».
Les délibérations se déroulent autour de quatre thèmes principaux, notamment la façon de renforcer une prestation de services publics axée sur les citoyens en impliquant les jeunes pour la transformation du continent.
Xinhua.net