Coup d’Etat manqué en 2015 : neuf des douze prévenus reconnus coupables, trois relaxés

Le verdict du procès devant le tribunal militaire des auteurs présumés de la tentative du coup d’Etat manqué de décembre 2015 contre le Président Issoufou Mahamadou est tombé ce vendredi 26 janvier dans l’après-midi.
Poursuivis pour « pour insubordination, complot, désertion, indiscipline et atteinte à la sûreté de l’Etat », neuf (9) des douze (12) prévenus ont été reconnus coupables et condamnés à des peines allant de 5 à 15 ans de prison ferme, alors que les trois autres ont été relaxés.
Ils sont trois à être condamnés à quinze (15) ans de prison ferme, notamment le Général Salou Souleymane, l’ancien chef d’état-major considéré comme le cerveau de la tentative du coup d’Etat, le lieutenant Ousmane Awal Hambally et le capitaine Issa Amadou.
Trois autres militaires sont condamnés à dix (10) ans de prison ferme (Amadou Hassane Chekaraou, Issoufou Oumarou et Amadou Salifou Sidi) et les trois restants prennent chacun cinq (5) ans de prison (Niandou Salou Souleymane, Soumaila Amadou et Mahamadou Moussa Idrissa). Quant au trois acquittés, il s’agit de Tahirou Harouna Zarma, Abdou dan Aoua et Ibrahim Marzouk.
Mais pour Me Nabara Yacouba, l’un des avocats des prévenus, il y a lieu de poursuivre la procédure.
C’est dans un message à la Nation à l’occasion du 57ème anniversaire de la proclamation de la République du Niger, le 17 décembre 2015, rappelle-t-on, que le Président Issoufou Mahamadou a annoncé qu’un groupe de militaires a voulu attenter à sa vie à travers un coup d’Etat. Vingt-une (21) personnes ont alors été mises aux arrêts dont onze (11) civils. Après plusieurs mois de procédure, dix (10) civils avaient bénéficié d’un non-lieu le 24 mars 2017 et ont donc été libérés.

ANP