G5 Sahel: le tandem Issoufou Mahamadou/Maman Sidikou aux commandes

Le président Nigérien M. Issoufou Mahamadou a pris Mardi la tête du G5 Sahel à l’issue de la quatrième Conférence des Chefs d’Etat du Groupe des cinq pays du Sahel tenue à Niamey. Dès ce 6 Février et au même moment, l’ambassadeur M. Maman Sidikou, proche parmi les proches du président nigérien a été désigné comme nouveau Secrétaire permanent de l’organisation sous-régionale en  remplacement de son compatriote M  Najim Elhadj Mohamed qui n’a pas démérité. Est-ce qu’un fait du hasard? Assurément non.

Il faut dire que pour mener à bien sa mission, le président Issoufou a besoin d’un homme expérimenté, rodé à la diplomatie régionale et internationale mais aussi un bon communicateur. Ancien journaliste, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien ambassadeur du Niger à Washington, Maman Sidikou avait également dirigé la mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et la Mission des Nations unies au Congo (Monusco). Homme de terrain, M. Sidikou est décrit par ses proches comme l’homme des missions difficileses. Conformément à ses prérogatives, le Secrétariat Permanent du G5 Sahel est l’organe chargé d’exécuter les décisions du Conseil des Ministres. C’est dire que l’ambasssadeur Sidikou travaillera étroitement avec son ami Issoufou pour assurer la sécurité et le développement de la sous-région. Avec le tandem Issoufou/Sidikou le G5 Sahel est censé prendre une nouvelle dimension et la force conjointe du G5 Sahel totalement opérationelle.

Créé en Février 2014 à Nouakchott en Mauritanie, le groupe de cinq pays du Sahel, communément appelé G5 Sahel regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Il a pour objet de garantir les conditions de développement et de sécurité dans l’espace des pays membres; et d’offrir un cadre stratégique d’intervention permettant d’améliorer les conditions de vie des populations ;

Le G5 Sahel se donne également pour objectif d’allier le développement et la sécurité, soutenue par la démocratie et la bonne gouvernance dans un cadre de coopération régionale et internationale mutuellement bénéfique et de promouvoir un développement régional inclusif et durable.  

 

MES